bandeau-header-titre

Feu de cheminée : attention aux mauvais réflexes et aux risques d'incendie

Plus les températures baissent et plus on a envie de se blottir près du feu ! Mais attention, n’oublie pas de respecter quelques bonnes pratiques si tu veux passer un hiver près de ta cheminée en toute sécurité.

Cheminée et risque d’incendie : le ramonage et la propreté du conduit fréquemment en cause

Le mauvais entretien du foyer et du conduit est à l’origine de la plupart des incendies domestiques. Bien entretenir ta cheminée est donc capital pour éviter le scénario catastrophe !

Le premier bon réflexe à adopter concerne le ramonage, qu’il convient de réaliser deux fois par an, une fois avant et une fois pendant la saison de chauffe. Cela permet de décoller les résidus de combustion logés le long du conduit qui s’accumulent et peuvent provoquer un incendie, ou refouler des gaz dangereux pouvant t’intoxiquer… Nous te conseillons également d’installer une trappe de visite qui facilite l’accès au conduit pour l’entretien, mais aussi pour les pompiers en cas d’incendie. Vérifie aussi le joint d’étanchéité de la vitre de l’insert pour éviter le risque de fuite de fumées ou de gaz de combustion. Nous te recommandons également de faire, de temps en temps, un ramonage catalytique avec des bûches de ramonage par exemple, qui vont permettre de décrasser le conduit de ta cheminée, améliorer son rendement et éviter une accumulation de suie qui favorise le risque d’incendie. Régulièrement effectuée, cette pratique permet de garder une parfaite vacuité et elle est idéale avant le passage du ramoneur car elle lui facilite grandement la vie. Et le résultat de son travail n’en sera que meilleur !

Que faire brûler dans sa cheminée pour éviter tout risque d’incendie ?

Bien utiliser son foyer, et donc faire preuve de vigilance quant à ce qu’on y place, est un autre des éléments à ne pas négliger pour éviter le risque d’incendie.

En plus d’utiliser un bois sec et mûr (un arbre fraîchement abattu contient plus de 50% d’humidité), évite de trop mélanger les bois de différentes essences au risque d’encrasser ton conduit. Pour cette même raison, il est conseillé d’utiliser des bois durs, comme le chêne, le hêtre, l’érable ou le merisier et à l’inverse d’éviter les bois résineux qui sont très inflammables et dont la combustion dégage beaucoup de goudron. Et si les cartons et journaux sont tentants pour faciliter l’allumage, ils sont eux aussi déconseillés pour leur fumée toxique…

D’origine végétale, les allume-feux Flamett’ sont la garantie d’un feu de bois propre, qui n’encrasse ni ta cheminée, ni ta santé. Conçus à partir de cire, laine de bois ou de chanvre, épi de maïs… et autres ingrédients naturels, ils ne laissent ni résidus, ni odeurs chimiques, ni fumée polluante. Le tout en t’offrant un démarrage éclair ! Retrouve-les chez Auchan et Leroy Merlin. 

Barbecue sauvage : que dit la loi ?

Préserver la forêt : les petites actions aux grands résultats